Suivez-nous:

A la une

Nos articles

Nos articles (4219)

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Le Conseil de la Choura du mouvement Ennahdha, réuni, ce dimanche 27 mars 2016, a décidé l'organisation du 10ème congrès du mouvement du 20 au 22 mai 2016.
Jamel Aouil, membre du Conseil de la Choura, a affirmé que le Conseil soutient les mouvements protestataires des bénéficiaires de l’amnistie législative générale. Il a, par ailleurs, tenu à appeler les institutions de l’Etat à œuvrer en vue de leur accorder leurs droits matériels et moraux.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Une série de mesures a été décidée en marge du conseil national du parti Congrès Pour la République (CPR) tenu les 26 et 27 mars 2016 à Sousse:.

-Retrait de confiance du secrétaire général du parti, Imed Daïmi.

-Annulation des décisions prises lors du dernier conseil du 13 février, et notamment, celle de la fusion avec le mouvement Harak Tounes de Marzouki.

-Retrait de confiance de la plupart des membres du bureau politique, comme : Adnene MANSER, Slim BEN HAMIDANE, Bechir NEFZI, Amor CHETOUI, Khaled TROUDI, Abdessalem CHÂABANE, Mabrouk HERIZI, Ibrahim BEN SAÏD, Sabri DEKHIL, Ikbel MESADAA et Noura BEN HASSAN.

-Désignation d’un nouveau bureau politique sous la présidence de Samir Ben Amor.

-Tenue d’un congrès nationale le 25 juillet prochain.

-Appel à la démission de l’ARP (Assemblée des représentants du peuple) de tous les députés qui ont été élus sur les listes du CPR et qui ont rejoint le mouvement de Moncef Marzouki.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Par H. ZAHAG


D'abord, le citoyen tunisien n’est pas ce merle qu’on mange à défaut de grive.


Je m’insurge énergiquement contre ce fameux dicton quand il s’applique surtout au tourisme dans ses deux facettes extérieure et intérieure. Il est aberrant qu’on ne parle et qu’on ne songe au tourisme intérieur qu’on période de crise et suite à un recul flagrant, terrorisme aidant, de la clientèle touristique étrangère. La presse touristique spécialisée a, à de maintes occasions, par le passé appelé l’administration (Ministère et ONTT), ainsi que les professionnels (Hôteliers, Agents de voyages voire même restaurateurs) à mettre en place une véritable stratégie promotionnelle et motivante à l’intention de la clientèle nationale ; une stratégie à long terme et non sporadique, qui offrirait une bonne assise au tourisme local comme l’Espagne, l’Italie et la France, qui accordent un pourcentage permanent de 25% à 30% de l’activité touristique à leurs propres nationaux ! Cela assure un minimum vital pour que, en toutes circonstances, même les plus défavorables, permettra le fonctionnement normal de nos unités hôtelières et de nos zones touristiques. Mais force est de constater que jusqu'à ce jour on continue à simplement colmater les brèches, et certains hôteliers ont pendant longtemps accordé leur préférence au dollar et à l’Euro, plutôt qu’à notre dinar national ! Bien sûr, le tourisme doit être pourvoyeur de bonnes devises pour servir notre économie, mais cela ne doit pas être une fin en soit, au détriment du citoyen Tunisien avide de connaitre son pays, de profiter de ses richesses touristiques, de ses paysages, de son potentiel hôtelier.


Encore faut-il que le citoyen soit motivé, tout autant que le touriste étranger, qu’on lui offre des conditions qui tiennent compte de sa bourse et de son pouvoir d’achat, ceci vaut pour les hôteliers, comme, pour les agents de voyages. Ce faisant, en toute franchise les professionnels ne sont pas perdants, car le Tunisien, tout le monde le reconnait est plus dépensier que le touriste, bas de gamme, qui, en dehors de la somme allouée à son séjour, ne dépense rien. N’oublions pas qu’au cours de ces dernières années, on pouvait remarquer de longues files de ces touristes devant les guichets de banques de l’Aéroport échangeant les dinars pour reprendre leurs devises ! Cela tient certainement de l’un des facteurs endogènes de notre tourisme, qui n’a pas su créer les occasions et les opportunités de dépense à cette clientèle. Bien d’autres facteurs endogènes ont de tous temps grevé notre activité touristique, allant de la dégradation du patrimoine hôtelier lui-même : les promoteurs s’obstinent à ne pas réinvestir pour la rénovation et l’entretien, à la dégradation des services par manque de motivation voire de formation d’un personnel qualifié, à un environnement hôtelier et para hôtelier souvent insalubres et non attrayant, que la révolution du Jasmin a inondé de ses odeurs n'Ouse à bondes, quid aussi de la mauvaise exploitation de nos sites archéologiques et autres qu’on se devait de valoriser et de rendre attractifs. Ces sites sont non pourvus de toutes les commodités non mis en valeur et non pourvus de toutes les commodités pour une visite confortable et rentable ! Quant à la sécurité, elle se conçoit dans une stratégie coordonnée qui sécurise le vacancier et le patrimoine ; en Egypte par exemple une excellente police touristique, élégante, compétente, bien formée et discrète, omniprésente sur tous les circuits et les zones ainsi que les bus touristiques et les grands hôtels, le citoyen et le touriste se prêtent de bonne grâce aux opérations de contrôle. Toute l’infrastructure touristique est équipée de moyens de détection et de contrôle qui filtrent tout ! Tous les moyens sont mis de concert entre l’Administration et les professionnels pour assurer le maximum de sécurité, ou tout au moins, limiter les dégâts du terrorisme aveugle qui frappe partout dans le monde.


Ainsi donc, ce grand pays touristique très diversifié a pu, dans des circonstances de terrorisme aveugle, mettre en place une stratégie sécuritaire qui a été pour beaucoup dans la neutralisation voire la limitation des actes terroristes. La gravité de la situation nous commande d’agir et ne plus se contenter, comme le faisait le président de la FTAV d’affirmer que « le terrorisme n’arrêtera pas le tourisme ». Il ne l’arrêtera pas, effectivement si , avec certaines de mesures prises, le gouvernement ne donne l’impression, qu’il a contribué à donner un semblant de remède à la situation, il n’a fait à notre avis, que répondre à des « doléances » justifiées ou non de certains professionnels, sous pour autant, leur rappeler leur responsabilité dans le laisser aller, sous tous ses formes, oubliant que le tourisme n’est pas une vache à traire qu’on accuse de tous les maux, en période de vache maigre, en occultant tous les facteurs qui relèvent de leurs propres responsabilités de ce qu’ils ont fait ou non pour asseoir ce secteur sur des bases saines et solides ! Et ne pas toujours se présenter en victimes ! Beaucoup de professionnels sérieux et compétents savent bien que pour certains ce n’est malheureusement pas toujours le cas !
Quoi qu’il en soit, pour mettre notre tourisme à l’abri des perturbations exogènes, donnons au tourisme national ses lettres de créance, gratifions le consommateur national, d’offres alléchantes et de prix compétitifs, soignez-le au maximum dans vos unités et vos zones. Donnez-lui l’occasion de découvrir avec les siens son propre pays.


Concoctez lui de bons programmes étalés sur toute l’année, toutes saisons confondues à la mesure de ses moyens, vous verrez, même demain, avec un retour à la normale de devises bienfaisantes, les professionnels trouveront leur compte avec la masse de bons dinars tunisiens qui s’ajoutent à la rentabilité de leurs établissements. Messieurs les professionnels, que vous soyez hôteliers, agents de voyage, restaurateurs, prometteurs d’animation, artisans et tout ce qui gravite autour de ce secteur, un bon conseil : soyez cool et sportifs et seulement un tout petit zeste de gourmandise.


H. ZAHAG

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

La compagnie aérienne Tunisair assurera un vol jeudi 24 mars, à bord d’un Airbus A330, pour permettre aux tunisiens qui n’ont pas pu quitter la Belgique, mardi, de retourner en Tunisie, suite aux attentats terroristes survenus à l’aéroport Zaventem et la fermeture de l’aéroport de Bruxelles pendant deux jours, soit mardi et mercredi..
Pour plus de détails sur ces numéros :
81 10 77 77
70 103 700
70 101 300

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

إستأنف القطار السياحي "الجرذون الاحمر" الثلاثاء 15 مارس 2016 رحلاته السياحية اليومية نحو جبال الثالجة بالمتلوي، حيث سيؤمن طيلة العطلة المدرسية الحالية رحلة كلّ يوم لفائدة مجموعات من السيّاح أغلبهم من التونسيين، وفق ما ذكره مدير الشركة السياحية التي تستغلّ هذا القطار عبد العزيز الطرابلسي لمراسلة (وات) بالجهة.
وكانت آخر رحلات سياحية يومية نظّمها هذا القطار لفائدة سياح تونسيين أيضا، قد تمّت في عطلة الشتاء الماضية أي خلال الفترة الممتدّة من 20 ديسمبر 2015 إلى غاية 3 جانفي 2016 .
وستقطع الرحلات اليومية المبرمجة هذه الفترة مع الكساد الذي أصبح يعاني منه هذا المنتوج السياحي، فيما تبقّى من العام إذ انّ نشاط القطار أصبح "مرتبطا بحركية السياحة الداخلية وباستثناء فترتي عطلتي الشتاء والربيع.

Page 302 sur 302

Notre page officielle

 

Contactez-nous:

Tel : +216 98415700

Addresse : Zone Industrielle Charguia 1 Tunis

Email : contact@carthagonews.com

Tous droits réservés pour Carthago News 2016 © .

Édité par STEAG (Société Tunisienne d’édition et d'art graphique)

Restez Connecté Avec Nous

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn